Na riké hachiri pour MAYOTTE

20 février 2015

Arnaque de la DASU

Plainte: falcification de documents et abus de pouvoir

La plainte est l'acte par lequel une personne qui s'estime victime d'une infraction en informe le procureur de la République, directement ou par un service de police ou de gendarmerie. (source: http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F1435.xhtml)

Comment éviter cette plainte?

Il suffit de retirer les noms de toutes les personnes qui y figurent alors qu'ils n'ont jamais perçu de prime de départ.

L'étape suivante est d'informer à toutes ces personnes la rectification de la situation.

 

Pour ceux qui ne sont pas au courant:

DASU Mayotte, route du lycée de Mamoudzou- 97600 Mamoudzou Mayotte, par tel : 02 69 64 93 00.

La direction des affaires scolaires et universitaires est censée accorder une prime de départ aux primo partants de Mayotte mais beaucoup ne l'ont jamais vu. Certains se sont dit, ne connaissant pas les conditions, qu'ils n'y avaient certainement pas droit. Une liste contenant le nom de tous les bénéficiaires a même été établi par la DASU et transféré aux médiateurs. Vous serez surpris de son contenu, surtout si vous faites partie de ceux qui n'ont jamais vu la prime de départ.

Le problème des agents de la DASU, c'est qu'ils considèrent les boursiers comme des mendiants. Ils les voient de haut. Ils les considèrent peut-être comme des analphabets, ou des personnes sans cervelle mais toute personne sait ce qu'il perçoit. Parce que votre nom figure sur cette liste, forcément que vous l'avez perçu.

 

Il ne sera pas difficile de prouvez l'arnaque alors veuillez ENLEVER le nom de toutes les personnes qui n'ont jamais vu la couleur de cet argent de votre RIDICULE liste.

 Vous avez jusqu'au 31 décembre 2015 à 23h59 pour le faire.

A bon entendeur,

Posté par MAYOTTE-wa maor à 17:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]


02 janvier 2015

Pour quelles raisons les jeunes se battent-ils à Mayotte?

Pour un oui ou pour un non.

A cause d'un mauvais regard.

Pour rétorquer suite à une insulte ou pour un mec, alors on vient souvent en bande (avec ses copains ou copines).

Parce qu'un tel est de telle commune.

A cause de la jalousie.

 

>>>>> J'en ai surement oublié mais je n'ai plus d'idée.

 

>>>>> La faute à qui si ces jeunes deviennent incontrôlables?

 

        - Les parents?

Les parents semblent désarmés. Autrefois les gamins allaient à l'école publique (laïque) et à l'école coranique mais aujourd'hui la plupart ne fréquente que la première. La religion, c'est ce qui donne un sens à notre vie. Elle nous aide dans la vie de tous les car elle nous apprend le vivre ensemble: Pourquoi existons-nous? Comment se comporter les uns les autres? Comment se protéger lorsqu'on est face à un danger? 

Les enfants ont besoin d'une éducation aussi complète qu'efficace. Il est aussi important de corriger ses enfants, cela leur permettent de bien intégrer leurs erreurs. Une correction ne signifie pas battre son enfant à mort mais une punition ce n'est pas seulement renvoyer son enfant dans sa chambre. C'est du foutage de gueule.

Concernant les parents, certains n'ont pas encore atteint leur "maturité cérébrale". Soit parce qu'ils sont devenus parents trop jeunes, des parents ado, soit parce qu'ils ne savent pas eux-mêmes vivre en société. Beaucoup de pères ne sont pas impliqués dans l'éducation de leurs enfants, la plupart ne sait que distribuer des spermes à gauche et à droite. Avec eux, les bébés fleurissent.

Les femmes: un sujet large.

>>Il faut faire la distinction entre:

  -> les femmes mahoraises

  -> certaines femmes malgaches

  -> certaines femmes anjouanaises

  -> certaines femmes de la Gande-Comore

  -> certaines femmes africaines

Mayotte est très diversifiée et je n'ai pas le temps de citer les caractéristiques de chacune.

Mais certaines "se volent les maris" puis passent leurs temps à se disputer, voir insulter le père de ses enfants devant ses enfants. Comment peut-on passer son temps à énumérer les parties génitales de son mari devant ses enfants?  

 

        - La famille au sens large?

La famille ne sait que critiquer la plupart du temps. Tu les vois rarement quand tout va bien, certains t'en veulent même de réussir àfaire quelque chose de ta vie. Et ils ne te remarquent ou t'appellent que si à leurs yeux tu as commis une bétise.

Certains enfants naissent non aimés à cause de conflits entre les différentes familles (famille paternel et famille maternel). Et certains ne sont tout simplement pas reconnu par leur père car il veut bien mettre la petite graine mais pas s'occuper de la plante qui pousse.

 

        - L'influence des amis?

Certains sont de très bons amis mais parfois on peut tomber sur des ennemis déguisés.

        - La mondialisation?

Les jeunes veulent pour certains imiter leurs stars et pour d'autres, c'est juste pour plair aux autres.

 

        - Le système d'éducatif?

Certains maîtres d'écoles ou professeurs ne font que rabaisser leurs élèves ou bien ils les ignorent.

 

        - Les dirigeants de Mayotte?

Je suis forcée de reconnaître que parmis eux, il y a de bons éléments mais la majorité sont les premiers criminels. A l'approche des éléction, ils crient haut et fort l'augmentation de la délinquance mais aucun d'entre eux ne propose un solution efficace ou appliquée une fois élu.

...( To be continued) 

 

Posté par MAYOTTE-wa maor à 00:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 décembre 2014

Discussion ouverte

De quoi avez-vous envie de parler?

Source: Externe

Source: Externe

Source: Externe

Source: Externe

Source: Externe

Source: Externe

Source: Externe

Source: Externe

Source: Externe

Source: Externe

Source: Externe

Source: Externe

Source: Externe

Source: Externe

Source: Externe

Source: Externe

Source: Externe

 

 

Posté par MAYOTTE-wa maor à 19:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 décembre 2014

Des ragots? Je n'en propage jamais...

C'est la spécialité à Mayotte. 

Sur un territoire de 374 km², beaucoup se mèlent de la vie des autres pour avoir toujours des choses à raconter et cela évite également de parler de soi. On évite de parler de soi parce qu'on ne se fait pas confiance même entre "amis". Le pire dans tout ça c'est la méfiance dans la famille car ceux qui t'humilient à tort ou à raison sur la place publique de jour comme de nuit sont ceux en qui tu es sensé avoir une confiance aveugle. Tes parents, tes frères et soeurs, ainsi que tes cousins et cousines te trainent dans la boue et ce sont d'autres personnes qui te rapportent des bouts de ce qu'ils ont entendu. 

 

Les sujets qui interessent les wanafiki: 

- tu fais quoi dans la vie (job)? 

- t'es marié (e)?  Si non, t'attends quoi pour le faire. Si oui, t'as des enfants? 

- si t'as pas d'nfants: t'attends quoi alors? 

- Quand tu vas te marier ou si tu viens de te marier : est-ce que la mariée est (était) vierge

     A partir de là un nombre incalaculable de théories font le tour:

          > soit la mariée a été irréprochable mais les mauvaises langues ne peuvent s'empêcher de ternir son image,

         > soit la mariée a eu une vie sexuelle épanuie et très mouvementée et elle passe pour une traînée qui a pu se marier, un deshonneur pour la famille. 

     Les gars n'ont pas de compte à rendre, sauf s'ils font trop le con au point d'attraper une maladie sexuellement transmissible. 

 

- le reste c'est de te pourrir la vie quotidiennement, que tu sois jeune ou adulte et marié (e). 

 

Une autre réalité, c'est la polygamie qui persiste. Les hommes se marient en cachète ou bien couchent avec des lycéennes ou collégiennes en échange de cadeaux. Certaines femmes continuent à faire des enfants en espérant garder leur mari et d'autres font pareil, elles se trouvent un autre en plus de leur mari. 

 

Le moteur de tout cela, c'est la jalousie et l'ennui dans son couple. 

 

Alors, au lieu de détruire une vie soyez heureux! Et sachez qu'on ne peut pas tout avoir. Consacrez donc votre énergie pour améliorer votre vie quotidienne au lieu de pourrir la vie des autres avec des massahiri ou je ne sais quoi d'autre. 

Posté par MAYOTTE-wa maor à 21:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Des choses qui m'agacent à Mayotte. Des rumeurs?

J'entends parler des grandes vacances en décembre, plus d'adhan (appel à la prière) à Mayotte parce que ça agacent les métrôpolitains et j'en passe.

Non mais franchement, qu'est ce qui se passe à Mayotte? Les gens ne peuvent pas penser d'eux même et de savoir qui ils sont?

 

Les grandes vacances en décembre, c'est inconcevable. Comment mettre l'éducation entre parenthèse pendant un ou deux mois au cours d'une année scolaire? Comment profiter pleinnement de ces vacances alors que le passage à une classe supérieure est loin d'être assuré? Je n'imagine pas une telle chose pour mes futurs enfants. Les grandes vacances sont faites pour se reposer, découvrir d'autres choses et la grande rentrée symbolise une nouvelle page qui se tourne. Si certains ont depuis longtemps choisi ce monde de fonctionnement depuis longtemps, c'est leur choix et ils l'assument. A Mayotte les gens ne sont pas assez consultés, on y va à la manière forte. Les grandes vacances, de juillet à août, sont de plus en plus réduites alors que celles de décembre ont été ralongé. Jusqu'où comtez -vous allez? 

 

Avant la départementalisation de Mayotte, il y avait quand même beaucoup de craintes mais je ne suis pas surprise de ce nouveau statut. Aujourd'hui, certains osent dire tout haut ce qu'ils pensaient tout bas pourtant chez eux, ce n'est pas mieux. 

J'avoue que dans certaines villes métrôpolitaines, on entend pas souvent les cloches des églises mais là où je suis en ce moment, la cloche sonne toutes les heures du matin au soir. De quelle religion je suis? Je suis musulmane. Et est ce que la cloche qui sonne toutes les heures du matin au soir me dérange? Non. Au début, ça m'a étonné car c'était la première fois que j'entendais la cloche sonner aussi souvent. 

Pourquoi avons-nous une montre? Pour savoir quelle heure il est.

Pourquoi faire l'appel à la prière? Pour informer les gens de l'heure de la prière. L'appel est faite cinq fois par jour. Est-ce aussi insupportable pour les non musulmans? 

Je ne vais pas insulter les gens qui ne supportent pas l'appel à la prière à Mayotte mais je voudrai juste qu'ils comprennent que c'est nécessaire de le faire. Nous n'allons pas mettre des cloches à Mayotte juste parce qu'ils ne connaissent que ça. Ils n'ont pas l'habitute d'entendre ces appels en métropole mais à Mayotte c'est comme ça que ça fonctionne. Je ne conçois pas consulter les heures de prière sur le net à Mayotte comme je le fais en Métropole. Et je ne conçois pas la ide sans les paroles des mosquées. Déjà qu'on nous oblige à aller en cours pendant les fêtes musulmanes, alors n'en rajoutez pas.

 

Je m'adresse au dirigeants de Mayotte: Vous avez été élu pour représenter les habitants de Mayotte et vous êtes responsable des décisions que vous prenez. Lorsque vos électeurs seront insatisfaits, ils vous le feront savoir.  

 

Posté par MAYOTTE-wa maor à 21:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


11 octobre 2014

Avoir des rapports sexuels...

Parlons peu, parlons sexe - La premiere fois

Parlons peu, parlons sexe - Zones érogènes masculines

 

Orgasme féminin & masculin : les différences de l'orgasme...

cycle menstruel - menstrual cycle

Plaisir féminin vs plaisir masculin - Sylvain MIMOUN

Les pièges à éviter pour les filles - Sylvain MIMOUN

Baisse du désir : quelles solutions?

Les troubles du désir au féminin - Définition & traitement

miraculeux : le developpement du fœtus semaine par semaine - la grossesse semaine par semaine

Traitement de la dyspareunie ou des douleurs lors des rapports sexuels chez la femme

Pour rappel la dyspareunie est la douleur ressentie par la femme au niveau génital lors du rapport sexuel et plus précisément lors de la pénétration.

La difficulté pour un sexologue face à une femme souffrant de douleurs lors des rapports est de reconnaître si la cause actuelle de ces douleurs est organique ou psychologique. Il faut savoir que très fréquemment ces douleurs ont un point de départ organique (par exemple suite à une infection vaginale ou à des mycoses) mais qu'une fois la cause organique traitée médicalement, des douleurs peuvent persister et la cause devient alors psychologique tout simplement car la douleur engendre une peur des rapports et empêche la région génitale de se détendre.

source: http://www.sexoconseil.com/traitement-sexologue/dyspareunie/rapports-sexuels-douloureux

Commentaires:

nanaclo - 20/01/2012

Un problème sexuel est toujours un problème relationnelXavier Boquet : " Le problème prédominant n’est pas le sexe, mais la difficulté qu’ont les hommes et les femmes à fonctionner ensemble et à se comprendre." Je suis tout à fait d'accord, pour moi c'est la clef !

source: http://www.psychologies.com/Couple/Sexualite/Desir/Articles-et-Dossiers/Le-couple-et-le-sexe/Les-confidences-des-sexologues

 

 

Diagnostic biologique de la syphilis Congénitale

http://www.cnr-syphilis.fr/Syphilis-congenitale%20.pdf

 

Promouvoir l’éducation à la sexualité

 

A La Réunion, les premières relations sexuelles ont lieu plus tôt qu’en métropole (14 ans en moyenne pour les garçons et 15 ans pour les filles) mais la sexualité des jeunes restent encore un sujet tabou et difficilement abordé dans beaucoup de familles. Les idées reçues et les idées fausses sur la contraception persistent malgré l’éducation à la sexualité. Le poids des religions hostiles à la contraception et à l’IVG est important. Les naissances chez les jeunes et très jeunes filles sont plus nombreuses qu’en métropole, parfois non désirées et parfois assumées dans le cadre d’un véritable projet de vie ou de la recherche d’un statut social.

→ Grossesses et IVG

Le taux régional de fécondité avant 20 ans est 5 fois supérieur à celui observé en métropole. La région fait partie des deux premiers départements français pour le nombre de naissances de mères de moins de 20 ans. Ceci se confirme par l’âge plus précoce de la mère à la première naissance (25,4 ans en 2003 contre 27,2 ans en métropole), et de la première IVG (21,3 ans en 2002 contre 23,2 ans en métropole).

Sur fond de natalité plus forte et plus précoce que la moyenne nationale, les grossesses de jeunes mineures ont augmenté en nombre et en proportion de l’ensemble des conceptions :
- 1141 conceptions chez les mineures en 2008, contre 797 en 1996 (+ 43%), et passage de 4,53% du total des conceptions à 6,52%,

- 593 grossesses menées à terme (naissances vivantes) en 2008 contre 513 en 1996 (+16%), et passage de 3,9% des naissances vivantes à 4,2%,


- 548 IVG de mineures en 2008 contre 284 en 1996 (+ 93%), et passage de 6,3% de l’ensemble des IVG à 13,80%. La répartition par âge des jeunes mères reste stable de 1991 à 2008, avec 4,6% de moins de 15 ans pour les naissances chez les mineures, 45% de 15-16 ans et 50,4% de 17 ans.

Concernant plus particulièrement les IVG, le contexte réunionnais est celui, tous âges confondus, d’un recours plus important que celui observé en métropole : 21 IVG pour 1 000 femmes de 15 à 49 ans en 2005 contre 14,3 en métropole. La part des IVG de mineures dans l’ensemble des IVG est de nouveau en forte augmentation depuis 2003, après avoir connu une baisse sensible en 2000, pour s’établir à 13,5% en 2008. De même, on constate une augmentation du recours à l’IVG chez les mineures : le nombre d’IVG est de 29,8 pour 1 000 femmes mineures en 2006 (contre 10 en moyenne métropolitaine), soit un niveau supérieur à toutes les régions métropolitaines. La répartition par âge des IVG de mineures s’est modifiée entre 2001 et 2007, avec une baisse des IVG des moins de 15 ans (de 15% à 10% du total des IVG de mineures), une croissance des IVG chez les jeunes filles de 17 ans (près de 40% du total), et une stabilité pour celles de 15-16 ans (près de 50%). En 2008, une mineure sur 10 avortant avait déjà eu recours antérieurement à une IVG.

 

→ Maladies infectieuses (VIH/Sida/IST)


Entre 2003 et 2008, 32 nouveaux cas de séropositivité au VIH ont été notifiés en moyenne chaque année à La Réunion. Dans un tiers des cas, la découverte de la séropositivité au VIH se fait tardivement au stade sida. Depuis le début de l’épidémie, 374 malades du sida ont été recensés. Dans 76% des cas, ces malades sont des hommes. Dans près de la moitié des cas, les personnes ayant développé le sida ne connaissaient pas leur séropositivité au VIH. Sur l’ensemble des nouveaux cas de séropositivité découverts depuis 2003, les relations hétérosexuelles constituent la première cause de contamination dans plus de 50% des cas (72% parmi les femmes et 40% pour les hommes). La contamination lors de relation homo ou bisexuelle représente un quart des nouveaux cas (37% parmi les hommes). La part des modes de contamination inconnus est importante avec 23% des nouveaux cas. L’usage de drogues par voie intraveineuse est un mode de contamination beaucoup plus rare (1,4%).

Par ailleurs, une recrudescence de la syphilis est observée à La Réunion depuis 2008. D’après les enquêtes épidémiologiques menées, cette pathologie a concerné dans un premier temps des populations spécifiques : des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes, des sujets infectés par le VIH, des personnes marginalisées, ou des sujets incarcérés. Mais il est maintenant observé une augmentation de l’incidence de la maladie chez les jeunes, hétérosexuels et séronégatifs pour le VIH. L’apparition depuis 2008 de plusieurs cas de syphilis congénitale, entraine une certaine inquiétude sur le dépistage et la prise en charge de la maladie chez les femmes enceintes.

source: http://www.irtsreunion.fr/IMG/file/schemas/SRP_LaReunion_Mayotte_2012-2016VD.pdf

Posté par MAYOTTE-wa maor à 16:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Actualité Mayotte

Radio Mayotte 1ère en direct:

http://mayotte.la1ere.fr/radio/direct 

 

Journal TV:

http://mayotte.la1ere.fr/emissions/jt-du-soir-en-francais

 

 

LA DÉLINQUANCE À MAYOTTE EN CHIFFRES

4% : c’est l’augmentation de l’ensemble des crimes et délits en un an à Mayotte.

24% : c’est l’augmentation en un an de la délinquance de proximité, 57% en deux ans.

18% : c’est l’augmentation des atteintes aux biens, 37 % en deux ans.

13% : c’est l’augmentation des vols avec violence

27% : c’est l’augmentation des cambriolages, 86 % en deux ans.

15% : c’est le taux d’élucidation de ces cambriolages en février par la police nationale, 9,5 % en moyenne en 2013

17,3% : c’est le taux d’élucidation de ces cambriolages en février par la gendarmerie nationale, 16,5 % en moyenne en 2013.

 source: http://www.clicanoo.re/?page=archive.consulter&id_article=416570

 

 

Programme de la visite de Christiane Taubira à Mayotte

La Garde des Sceaux sera en visite à Mayotte ces 13 et 14 octobre. Au programme de sa visite, le tribunal et ses acteurs bien entendu, la maison d’arrêt, mais aussi des programmes d’insertion et un partenariat justice-mairie.

Inauguration de la maison d’arrêt de Majicavo

Christiane Taubira arrivera par un vol commercial le lundi 13 octobre à 11h40 sur la piste de l’aéroport de Pamandzi. Accueillie par Seymour Morsy, le préfet de Mayotte et la population avec chants, fleurs et mbiwi, la ministre partira déjeuner avec les élus.

14h15 : Accueil par les magistrats du Tribunal de Grande Instance. Le projet immobilier d’agrandissement du tribunal lui sera présenté, ainsi que les conditions actuelles de fonctionnement. La garde des Sceaux rencontrera les représentants des professions juridiques (avocat, notaires, huissiers).

15h40 : Arrivée au Greffe du Tribunal de Commerce, espace Coralium à Kawéni, avec visite des locaux et échanges avec les président des chambres consulaires, le Medef, la CGPME, sur les problématiques liées au registre du commerce.

16h40 : Visite du chantier d’insertion de construction d’un bateau à Dzaoudzi et des locaux du Parc Naturel Marin à Dzaoudzi, Boulevard des Crabes. Une séquence sera ensuite consacrée à la Protection judiciaire de la jeunesse et des mineurs délinquants, en présence d’Hélène Nicolas, directrice de la PJJ.

La journée du mardi 14 octobre commencera à Sada.

Christiane Taubira ©justice.gouv.fr

A 8h : Arrivée au Greffe détaché de Sada, avec une séquence consacrée à l’accès au droit avec la maire de Sada, Anchya Bamana qui signera un protocole de rappel à l’ordre des jeunes délinquants. Les actions du défenseur des droits et des jeunes ambassadeurs des droits seront détaillées en présence du sénateur Thani Mohamed Soilihi.

11h45 : Inauguration de la Maison d’arrêt de Majicavo avec visite du chantier des quartiers des femmes et des mineurs. Remise de médailles aux agents qui se sont illustrés lors d’un incendie.

13h10 : Arrivée à l’Agepac à Cavani, accueillie par le directeur Antoine Duhault, et rencontre avec les jeunes et les éducateurs. La visite des locaux se fera en présence du maire de Mamoudzou et de Daniel Zaïdani, président du Conseil général.

14h30 : Point presse dans le bureau du préfet en Petite Terre.

Départ pour l’île de La Réunion où la ministre restera deux journées.

A.P-L.
Le Journal de Mayotte

Lire la suite de l'article ici :
source : http://www.domtomnews.com/Programme-de-la-visite-de.html#.VDktovl_snc

Une marche blanche pour accompagner la famille de la jeune victime d’un viol. Mais aussi pour dénoncer l’absence de prise en charge de la délinquance.

Marche blanche zoom

Ils étaient prés de deux cent à arpenter la route menant de Doujani à la préfecture de Mayotte ce dimanche matin. La marche blanche avait été organisée pour soutenir la douleur de la famille de la fillette de 9 ans victime d’un viol vendredi dernier.

Anne Perzo-Lafond

source: http://lejournaldemayotte.com/societe/ras-le-bol-vol-viol-degradations/

 

Mayotte : des "milices civiles" contre la délinquance

Les récents affrontements interquartiers entre des jeunes de Kawéni et de Majicavo ont mis en exergue la flambée de la délinquance à Mayotte depuis quelques années. Face à cette escalade, "la riposte populaire s'organise", explique France Mayotte Matin. Ce dimanche 28 septembre 2014, les habitants du canton de Mamoudzou 2 se sont réunis pour trouver des solutions afin d'endiguer cette violence. Ils ont décidé de créer 6 groupes de 20 personnes pour patrouiller dans les quartiers, de Cavani à Doujani, "pour rétablir l'ordre, traquer les délinquants, prévenir les agressions et les vols", détaille le quotidien mahorais, décrivant ces groupes comme des "milices civiles".
source: http://ipreunion.com/photo-du-jour/reportage/2014/09/29/la-population-de-mamoudzou-met-en-place-des-patrouilles-mayotte-des-milices-civiles-contre-la-delinquance,27394.html

 

Posté par MAYOTTE-wa maor à 15:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 octobre 2014

La maladie à virus Ebola

La maladie à virus Ébola est une maladie virale aiguë, qui  se caractérise par les symptômes suivants :

apparition brutale d’une forte fièvre supérieure à 38,5°, 
- faiblesse intense,  douleurs musculaires
- maux de tête et irritation de la gorge.

Ces symptômes sont suivis de vomissements, de diarrhées, d’éruptions cutanées, d’insuffisance rénale et hépatique et, dans certains cas, d’hémorragies internes et externes.

Le virus Ébola se transmet à l’homme à partir des animaux sauvages et se propage ensuite dans les populations par transmission interhumaine : par contact direct avec le sang, les liquides biologiques ou les tissus des sujets et animaux infectés.
Il n’existe aucun traitement ni vaccin et la prise en charge repose généralement sur un traitement symptomatique.

Dispositif de surveillance épidémiologique 
La situation épidémiologique - nationale et internationale - est suivie avec attention par l’Institut de veille sanitaire (InVS), en charge d’assurer les actions de surveillance, de vigilance et d’alerte sur le virus Ebola. 

Un dispositif de veille sanitaire spécifique à Ebola a été mis en place, dès mars 2014, pour être en mesure d’identifier, de prendre en charge et d’isoler très précocement toute personne susceptible d’être contagieuse sur le territoire.

Dispositif de prévention et d’information
Pour prévenir toute importation du virus en France, le ministère des Affaires sociales et de la Santé met en œuvre des actions d’information et de sensibilisation régulières à l’attention des divers publics concernés :

>> Recommandations aux voyageurs
Depuis le 31 juillet 2014, le ministère des Affaires étrangères et le ministère des Affaires sociales et de la Santé recommandent aux Français de suspendre, sauf raison impérative, tout projet de voyage dans les pays où des cas de fièvre hémorragique à virus Ebola sont avérés.

En fonction de l’évolution de la situation épidémiologique, le dispositif d’information aux voyageurs à destination des zones à risque est régulièrement actualisé sur le site du ministère des Affaires sociales et de la Santé, en lien avec le ministère des affaires étrangères.

A votre arrivée dans un pays où circule le virus Ebola, signalez votre séjour au Consulat de France

Dans tous les cas, suivez les recommandations des autorités locales et :
- ne vous déplacez pas dans les zones de foyer de l’épidémie ;
- respectez les règles d’hygiène de base et, notamment, lavez-vous fréquemment les mains (savon ou solution hydro-alcoolique) ;
-  évitez tout contact rapproché avec des personnes ayant une forte fièvre. La transmission du virus se fait par contact direct avec le sang ou les liquides corporels ;
-  évitez tout contact avec des animaux sauvages, vivants ou morts ;
-  ne consommez pas et ne manipulez pas de viande de brousse.

En cas d’apparition brutale d’une forte fièvre, contactez immédiatement les services de l’Ambassade sur place ainsi qu’un médecin.

A votre retour en France

En cas d’apparition brutale d’une forte fièvre (>38,5°C) jusqu’à 3 semaines après votre retour en France, contactez immédiatement le Centre 15 en évoquant votre voyage

 

source: http://www.ars.ocean-indien.sante.fr/Epidemie-Ebola.175308.0.html

Posté par MAYOTTE-wa maor à 22:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Vigilance sur les eaux de baignades à Mayotte

Depuis le 10 septembre, l'ARS OI a identifié 4 sites de baignade, où la qualité de l’eau est mauvaise. Les 4 communes concernées doivent prendre un arrêté visant à interdire la baignade sur ces sites. L’ARS OI invite la population à respecterle recommandations ci-après, jusqu’au retour à la normale.

Publié le 19/09/2014

Conformément aux directives européennes, l’Agence de Santé Océan Indien (ARS OI) assure le contrôle sanitaire régulier des 54 sites de baignade recensés à Mayotte. Chaque résultat d’analyse fait l’objet d’une interprétation sanitaire et permet de qualifier les prélèvements par rapport aux valeurs réglementaires. Suite aux prélèvements effectués récemment, les analysées réalisées ont révélé des résultats non conformes aux normes sanitaires sur 4 sites :

  • plage de M'tsamboro village,
  • plage d'Acoua village,
  • plage de Hamaha - Le pendu à Mamoudzou,
  • plage de Tanaraki à M'tsangamouji.
Mesures de gestion
 >> Information du public

L’ARS OI a transmis un avis sanitaire aux communes, gestionnaires de ces sites de baignade, doivent :

  • prendre un arrêté de fermeture visant à interdire la baignade sur ces sites
  • procéder à un affichage sur les sites de baignades

>> Surveillance renforcée
Des analyses complémentaires et des visites de terrains sont actuellement menées par l’ARS OI afin d'identifier les causes de la contamination fécale des eaux de baignades. Les communes décideront de lever l’interdiction et de rouvrir la baignade dès que les résultats des nouvelles analyses seront à nouveau conformes et que les risques de pollution seront écartées.

Recommandations à la population
Se baigner dans une eau de mauvaise qualité présente des risques pour la santé, et expose la survenue de maladies telles que :
  • otites, rhinopharyngites, sinusites…
  • gastro-entérites
  • maladies de la peau 

Par conséquent, l’ARS OI invite la population à respecter ces consignes, jusqu’au retour à la normale.

 

Attention au retour des pluies

..
La qualité des eaux de mer peut se dégrader à la suite d’épisodes pluvieux, entraînant des rejets polluants vers le lagon. C’est pourquoi, l'ARS OI recommande, particulièrement avec le retour de la saison des pluies, de ne pas de se baigner sur les sites où l’on peut observer des déchets dans l'eau ou des rejets d'eaux usées domestiques.

source: http://www.ars.ocean-indien.sante.fr/Vigilance-sur-les-eaux-de-baig.175970.0.html

Posté par MAYOTTE-wa maor à 22:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

20 mai 2014

L'agriculture

La question que je pose aujourd'hui, pour ne pas choquer certaines personnes, est: Que nous apportent les plantes? 

La vraie question est que serions-nous sans les végétaux? 

 

Ceux qui ont fait un peu d'histoire géologique savent que la vie diversifiée a été possible grâce à des organismes photosynthétiques qui ont permis la formation de la couche d'ozone. Cette couche d'ozone est constitué de molécules d'oxygènes (O3). Elle nous protège contre le rayonnements solaires (les ultraviolets) car ces derniers altèrent notre patrimoine génétique, l'ADN.

 

Source: Externe

 

Source: Externe

Ce que les végétaux nous apportent:

Source: Externe

Source: Externe

Source: Externe

Source: Externe

Source: Externe

Source: Externe

Source: Externe

Source: Externe

Source: Externe

climat, air respirable, etc.

Notre planète Terre nous porte sur son dos et la biodiversité nous fournie tout le reste.

Deuxième loi de la thermodynamique: dans l'univers, rien ne se crée et rien ne se perd mais tout se transforme. 

Posté par MAYOTTE-wa maor à 14:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]